Premier billet d’automne

Lentement mais sûrement, l’automne s’établit. Les couleurs changent, les roses deviennent plus petites (ici Schloss Eutin)… on sent que la nature s’engourdit gentiment, ce qui n’est d’ailleurs pas sans charme!

Sur la terrasse, ça ne se voit pas encore. Je vais donc commencer la tournée des beautés d’automne par là.

20170920_181559 (1000x750)

Mais avant, juste pour rigoler, une photo de septembre 2015 prise sous le même angle. La scène est méconnaissable!

20150825_072531 (1000x750)

Sur la terrasse, donc, le rosier Pomponella. Il a été planté au printemps 2016 est est déjà très imposant! Un excellent sujet! Et pour compléter le camaïeu, les cosmos de Marie-Noëlle (Je suis au jardin), de Belgique, qui apprécient la terre suisse 😉

20170920_181616 (1000x750)

Venu de Bretagne, ce clerodendrum bungei pink diamond, a lui aussi trouvé ses marques. Il dégage une odeur délicieuse, qui m’évoque l’onagre. Son feuillage glauque et blanc est plutôt rare.

20170920_181644 (750x1000)

La star du moment, c’est lui : le lys des crapauds « miyazaki ». Il double chaque année!

20170920_180854 (750x1000)

Une association que j’adore, le rosier Chantal Thomass (je l’aime tellement que j’en ai acheté deux) et l’aster divaricatus.

20170920_181226 (750x1000)

Ce coin de végétation me comble! La photo suivante le montre sous le même angle, en 2015…

20170920_182014 (1000x750)

… que c’était déplumé! Comme quoi, en deux ans, la végétation s’établit déjà bien! On ne voit presque plus le « paysage » derrière.

20150720_213410 (1000x750)

Les feuilles du Cercis Flower Pansy flamboient. Pourtant, cet arbre ne se plaît pas du tout dans mon jardin trop venteux. S’il venait à mourir, je serais vraiment dépitée. Il a déjà perdu deux branches charpentières.

20170920_182504 (750x1000)

Bien loin de ces tracas, Chipie hume une fleur d’actée, au parfum envoûtant sous ses dehors modestes. On la sent à plusieurs mètres!

20170920_181402 (750x1000)

Allez, un avant-après! Nous revoici en septembre 2014. Toutes ces photos sont prises par la fenêtre de ma chambre. Les hauts résineux cachaient malheureusement le soleil, surtout en fin de journée l’hiver.

20120426_191741 (1000x750)

Septembre 2015 : tout est ratiboisé, y-compris le cabanon de jardin qui se trouvait dans l’angle du mur à droite.

20150920_180518 (1000x750)

Septembre 2016 : Un mur de soutènement a été construit à gauche, le terrain a été remblayé sur 1 mètre (car il était en pente), un bassin a été créé et les premières plantes sont âgées de quatre mois.

20160911_115007 (1000x750)

Septembre 2017 : la terrasse est née et les plantes se sont bien étoffées! Certaines commencent même à s’aventurer sur la terrasse, comme le gigantesque et superbe aster Lady in Black – un gros buisson qui sort de terre chaque année.

20170920_194257 (1000x750)

Une graine de courge effrontée, qui n’a rien demandé à personne, s’est mêlée aux plantes ornementales. Il s’agit d’une Sri Tong, courge thaï au goût de potimarron, ma variété préférée! Les petites « ruines de Rome » ont bien colonisé l’espace entre la terrasse et le bassin!

Même les plantes aquatiques (Salvinia Auriculata) se parent de couleurs automnales! J’en avais chipé deux dans un jardin botanique (chuuut!) et elles se sont démultipliées! Il faudra que je les rentre, ce sont des plantes tropicales, et la température nocturne est déjà de 5 degrés la nuit!

20170920_182343 (750x1000)

Voici ensuite mes nouveaux petits amis! Il s’agit d’un tamaris d’été et d’un pyrus salicifolia pendula. J’attendais ce dernier avec impatience depuis mai! Il vient d’Anjou! Celui-ci sera planté au bord du bassin, pour lui donner un côté romantique, avec son port pleureur. Le tamaris remplacera un cornouiller panaché, quasiment décédé dans le « couloir à vent ». C’est une plante résistante aux embruns et au plein soleil… ça devrait donc faire l’affaire!

20170920_181247 (750x1000)

Pour faire brise-vent, justement, j’ai acheté ce charme. Il a la propriété singulière de garder ses feuilles (mêmes sèches) jusqu’au printemps. Comme il sera devant ma fenêtre de cuisine, je pourrai admirer les petits oiseaux dedans!

20170920_174344 (750x1000)

Je m’arrête ici avec le tour du jardin. Sachez encore qu’à fin septembre, une pelle mécanique va débarquer pour redéfinir les bords du bassin qu’on distingue vaguement ici. La bâche est percée, il est vide et totalement envahi d’herbes. Au passage, si quelqu’un est intéressé par de grosses touffes d’iris jaunes, je donne! J’en ai trop:

20170920_182224 (1000x750)

Rentrons à présent dans la maison. Enfin… pas tout à fait! Sur le bord de la fenêtre d’abord : je vous présente ma première jardinière automnale.

20170920_074130 (1000x750)

D’habitude, je réserve mes efforts au jardin, mais comme le travail s’allège d’année en année (moins de plantations), je peux me permettre de faire autre chose 😉

20170920_074140 (1000x750)

Le reconnaissez-vous? Il s’agit du crambe cordifolia de cet été! Désormais tout sec, je l’ai rentré pour en faire un « arbre d’automne », avec les lampions chinois qui envahissent le jardin:

20170920_182905 (1000x750)

Et pour finir sur une note potagère et cocasse, voici le colis reçu aujourd’hui : des citrouilles ! Des vraies! Des Sri Tong, justement! Quand on n’a pas de voiture, il faut trouver des solutions et ne pas se gêner de demander. Ici, un producteur a gentiment accepté de m’envoyer ses produits par la poste!

20170920_184356 (1000x750)

Mmh les futures bonnes tartes et soupes! Je vous souhaite un très bel automne, avec toutes les douceurs que compte cette saison! Et à bientôt pour le récit du « creusage » du bassin!

20170920_184523 (750x1000)

Publicités

Pot-pourri invraisemblable du mois d’août

Voici le premier post d’août. Je ne suis pas très assidue avec mon blog de jardin, cet été! Alors voici des nouvelles. Tout d’abord, ma photo « coup de cœur du mois » avec ce pourtour de bassin fleuri de blanc et de mauve (phlox Franz Schubert, gypsophila repens, géranium Rozanne):

20170813_111046

Toujours une réussite avec l’une de mes fleurs préférées, le thalictrum! Un nuage de fleurs suspendues dans l’air, LA plante gracieuse par excellence et de floraison longue durée!

20170813_114928

Dans un coin abandonné du jardin (où je stocke les briques restantes de ma terrasse), une boule azurée, un rosier Wollerton Old Hall et un phlox blanc égaient la vue. C’est plutôt un succès (le cadrage aussi d’ailleurs).

20170813_114957

Je ne suis pas très adepte des plantes sauvages qui poussent çà et là sans y être invitées. Ni des fleurs jaunes. Alors les fleurs sauvages jaunes, pensez ! Mais vous avouerez que ce verbascum au cœur rose ressort particulièrement bien sur ce fond d’aster (purple dome) et de ses alysses au pied! Celles-ci se ressèment spontanément depuis plusieurs années. Un sachet de graines bien amorti!

20170813_152043

Chipie profite à fond de la verdure et s’est trouvé un nid douillet au pied de la corète du Japon. Il y a 1 an, elle avait été gravement accidentée (mâchoire cassée, patte paralysée, gros traumatisme crânien). Aujourd’hui, elle ne garde presque plus aucune séquelle, si ce n’est une insensibilité des coussinets qui fait qu’elle se les blesse régulièrement.

20170813_175036

Une boule azurée s’est ressemée spontanément (en fait, j’en trouve au quatre coin du jardin, toutes issues d’un même pied!). Ici, associée avec un penstemon offert par Candice (le correcteur orthographique me suggère « remonte-pente » pour penstemon, c’est trop marrant!).

20170813_183356

Ici, c’est un peu le carnaval! Mais au moins, voici des couleurs! Dans certains coins secs du jardin, il n’y a plus une fleur, seulement du feuillage (même les rosiers peinent à remonter). En vedette : dahlia After Eight, chasmanthium latifolium (la graminée), stachys byzantina, caryopteris white surprise (spirée bleue au feuillage clair), achillea ptarmica The Pearl, sureau Black Beauty en arrière-plan.

20170813_184024

Une de mes associations préférées : eupatorium rugosum chocolate et artemisia Valerie Finnis : un contraste splendide!

20170813_184409

Ma plante chérie installée ce printemps, qui a grandi en Bretagne. Introuvable en Suisse, comme nombre de plantes rares : chlerodendrum pink diamond (durement frappée par un gel tardif puis par la grêle. Quel foutu climat, a-t-elle dû se dire!). Toutefois, les fleurs vont bientôt pointer. Pour les observateurs : voyez-vous le point commun entre les trois? Je vous donne la réponse en fin de récit!

20170813_184549

J’avais donné à Candice ce pied de knautia macedonica, devenu énorme, puis l’avais légèrement regretté tellement il était joli. Il a eu l’heureuse idée de se ressemer! Ainsi, tout le monde est content! C’est la première année où j’ai quelques semis spontanés au jardin. Que du bonheur!

20170813_182856

Les « ruines de Rome » ont commencé à coloniser leur espace entre la terrasse et le bassin (j’avais fait exprès de laisser un interstice). Elles proviennent d’un godet que j’ai partagé en quatre, à la barbare. Ces petits végétaux envahissants sont vraiment vigoureux et je ne m’en plaindrai pas! Du moins… pas pour le moment!

20170813_18424220170813_184655

Oooh! Voilà les gracieuses anémones! Comme elles sont beeell…. HEIN? Des anémones? Diantre, on aperçoit déjà les portes de l’automne, là-bas au fond! Pfff, ça passe tellement vite…

20170813_152138

Pas de doute! Voici déjà les lampions qui me serviront de décoration pour Halloween!

20170813_151522

Et les fruits du fusain! Pas encore flamboyants, mais bien là quand même!

20170813_151651

Et un premier aster (divaricatus), la fleur par excellence de l’automne…

20170813_151929

Même les tournesols commencent à se faner. Leurs têtes feront d’excellents greniers à graines pour les oiseaux (si les piailleurs ne les pillaient pas en quelques heures!).

20170813_174923

Un Phlomis tuberosa Amazone, si joli lorsqu’il est recouvert de givre. On n’en est pas encore là! Mais les cynorrhodons du rosa glauca sont bien colorés. On se croirait en octobre!

20170813_183133

Les baies du sorbier des oiseleurs est prêt à offrir ses bonbons aux petits volatiles (qui ne les apprécient d’ailleurs pas, ici!).

20170813_183205

Et ce buis en cône, qui commence lui aussi à perdre ses feuilles… … … Mais attendez… j’ai dit quoi? Le buis ne perd PAS ses feuilles à la mauvaise saison! Il se passe là quelque chose de louche! Hélas…

20170813_165632

Pas de doute, vous l’aurez peut-être deviné, il s’agit de la redoutable pyrale du buis! Je l’ai heureusement décelée à un stade qui devrait permettre à mon arbre de s’en remettre. Comme je n’avais pas de produit contre ces terribles chenilles, je les ai ramassées à la main. Pauvres petites bestioles, si mignonnes. J’adore les chenilles! Ce fut un calvaire pour moi de les tuer (à coup de talon bien vif, pour qu’elles ne souffrent « pas ». Du moins pas autant qu’avec un produit chimique). Il n’y a pas eu le choix, hélas. Il ne faut pas que cette espèce asiatique, sans prédateur dans nos contrées, ne se répande et ne fasse des buis une espèce en voie de disparition! RIP petites chenilles… je suis désolée…

20170813_154351

Juste à côté, une maman « masque africain » (comme les appelle la mienne), racontait tranquillement une histoire à ses petits… probablement celle de la méchante humaine qui retournait toujours le jardin…

20170813_175157

J’ai conscience de vous avoir peut-être sapé le moral avec mes histoires automnales précoces. Ne vous inquiétez pas! Le printemps n’est pas en reste avec ce myosotis en fleurs et ce muscari fraîchement éclos!

20170813_11451620170813_114522

Et pour finir, un petit coin romantique nouvellement installé à l’ombre du sureau. L’autre jour, une fillette disait à sa mère « Ooh regarde la petite table, comme c’est joli ». Gagné 😉

20170813_182738

Je vous souhaite une belle suite d’été! Car, après tout, celui-ci a encore de nombreux beaux jours devant lui!

20170813_183249

Alors? Avez-vous trouvé le point commun entre les trois fleurs du chlerodendrum? Chacune a une guêpe posée dessus ou dessous! Elles adorent cette plante et chacune squatte sa fleur ! Elle doit émettre un suc ou autre, car elles ne cessent de frotter leurs mandibules dessus. Trop chou! Parce que oui, j’aime aussi les guêpes!

Merci pour votre visite!!

Le jardin à mi-juillet

Décidément, mon blog de jardin n’est pas alimenté très assidument… l’année passée, c’était en raison de l’accident de Minette, miraculeusement rescapée de sur la route. Et cette année, contre tous mes principes, je travaille à l’intérieur de la maison, sur mon carrelage de cuisine. Il faut bien dire qu’après la grêle du 28 juin, puis la sécheresse, le jardin n’est pas au mieux de sa forme et j’ai perdu (temporairement) ma motivation. Voici quand même les quelques plus jolies vues du moment.

Pour commencer, la terrasse. La bonne terre du paysagiste fait que les plantes ont explosé, contrairement à d’autre coins du jardin. Il est heureux que cet endroit soit le plus agréable, puisque c’est celui où l’on s’assied 🙂 Toutes ces plantes ont été mise en terre en 2016.

BZ2A0119 (1000x667)

Il y a deux ans, cet hortensia Incrediball avait pour ainsi dire disparu sous terre. Je voulais planter autre chose dans son trou de plantation, quand une ridicule pousse verte a pointé son vaillant centimètre, au beau milieu de l’été. Et regardez-le maintenant! Beaucoup de passants s’arrêtent pour le commenter.

BZ2A0129 (1000x667)

Planté il y a quelques semaines, ce petit Euonymus fortunei Harlequin est déjà en bonne compagnie, avec ces semis spontanés d’alysses et de nigelles. Ces dernières confirment que la terre n’est pas formidable à cet endroit-là. Quarante ans de sapins et voilà le travail… il faudra des années de compost pour enrichir la terre, mais passons.

BZ2A0138 (1000x667)

Plantations du printemps 2017 également, ces campanules et ce veronicastrum seront destinés à masquer le mur en arrière-plan. Je touche du bois, car la terre n’est pas terrible à cet endroit, de plus elle y est très sèche.

BZ2A0140 (1000x667)

Joli duo de lavande et de gypsophile! Cette plante, d’apparence délicate, peut tout à fait survivre à notre climat montagnard!

BZ2A0143 (1000x667)

Mmh… ce sorbier des oiseleurs planté en 2014 ne se décide pas véritablement à pousser… il sort chaque années des branches d’un pauvre 20 centimètres. Enfin je l’aime quand même, avec son feuillage magnifiquement découpé:

BZ2A0144 (1000x667)

En revanche, les phlox et le sureau noir sont toujours un franc succès, chaque année plus beaux!

BZ2A0146 (667x1000)

Un autre veronicastrum, un peu plus âgé. Hé oui, vous aurez compris que le violet fait partie de mes couleurs préférées et c’est celle que j’ai sur ma tête en ce moment 😉

BZ2A0149 (667x1000)

Ce phlox devait être une erreur d’étiquetage, car il ne fait pas partie des couleurs que j’apprécie (rose soutenu avec cœur plus foncé). Mais c’est un beau sujet, surtout avec cette artémise Powis Castle au pied. Je le garde.

BZ2A0152 (667x1000)

Alors que je prenais mes photos, un petit butineur (moro-sphynx) s’est approché! Il confère un air exotique au jardin, avec ses allures de bébé colibri! Il y en a tout plein et j’attends avec impatience l’éclosion des eupatoires qui vont ameuter tous ceux du quartier!

BZ2A0173 (1000x667)

Cela faisait deux étés que je me demandais « c’est quoi cette salade verte qui ne ressemble à rien? ». Pour la première fois, ce limonium latifolium a fleuri, pour le plus grand plaisir des yeux! On dirait un petit gypsophile violet.

BZ2A0153 (667x1000)

La troisième fois, c’est la bonne! Après deux plantations infructueuses, ce teucrium hircanicum s’est enfin installé! Une floraison longue  et magnifique. Merci Dame Nature! Rosier pomponella en arrière-plan.

BZ2A0155 (667x1000)

Malgré la grêle, ce clerodendrum bungei pink diamond (acheté par correspondance en Bretagne!!) s’apprête à offrir de belles fleurs. Là il ne paie pas de mine, mais si vous souhaitez le voir en pleine forme, cliquez sur le lien ci-dessus!

BZ2A0159 (1000x667)

En désherbant au pied des grands arbres, j’ai retrouvé ce printemps ce gypsophile (nom inconnu) parmi les herbes folles. Je l’avais oublié! Prise de pitié, je l’ai déplacé vers une place de choix, à côté du bassin. Bien m’en a pris! Il a littéralement explosé en remerciements fleuris!

BZ2A0161 (667x1000)

Parce que des nigelles (celles de Marie-Noelle, Belgique), c’est toujours joli! Que ce soient les fleurs ou les capsules! J’ai bon espoir qu’elles se ressèmeront!

BZ2A0163 (1000x667)

Un an après les premières plantations, le bord du bassin commence à se recouvrir de végétation. L’eau est, cette année, cristalline. Preuve que les plantes aquatiques accomplissent leur travail de filtres naturels. Il y a un monde fou, là-dedans: tritons, dytiques, araignées d’eau, larves de libellules de plusieurs sortes. Et tout ce petit monde ne laisse aucune chance aux larves de moustiques!

BZ2A0185 (1000x667)

Là aussi, les plantations sont âgées d’une année. Les chats adorent se cacher sous l’hortensia qu’on voit à peine, au fond à droite. Voyez-vous Banzaï?

BZ2A0186 (1000x667)

Cette pauvre petite bête martyre! Schatz est à côté de lui, mais la densité du feuillage le camoufle.

BZ2A0188 (667x1000)

La clématite Princess Kate avait été totalement ratiboisée l’année passée. Jamais je n’aurais cru qu’elle aurait eu assez de ressources pour repousser si vigoureusement! Je ne sais pas où elle a pioché ses réserves, mais tant mieux! Avec les fruits du physocarpus.

BZ2A0193 (1000x667)

Ici, les fruits du crambe cordifolia, décoratifs même quand les fleurs ont disparu! J’ai parfois envie de prendre cette énorme touffe (qui d’ailleurs ne passe pas la porte) et de la sprayer en doré pour faire une décoration de Noël.

BZ2A0196 (667x1000)

Et pour finir, la petite maison dans son écrin de verdure (caché par le mur, hum!). Ce qui n’empêche pas les touristes de s’arrêter pour admirer la vue! Quelle satisfaction! Mais au final, je n’ai fait que creuser des trous… la nature a fait le reste… et je l’en remercie!! Belle suite d’été à vous!!

BZ2A0201 (1000x667)

Constats d’après-grêle au jardin

Alors que le jardin éclatait de splendeur pour la première fois de sa jeune existence, des massifs fleuris, vigoureux, tout en volume et en santé, une grêle s’est abattue sur lui. Cela n’a duré que quelques minutes, comme un sirocco version polaire, mais qui a tout réduit en charpie. A minuit passé, sous la pluie, je sors constater les dégâts, une torche à la main. Et je distingue, un peu plus loin, une autre âme en peine qui fait de même : ma meilleure amie inspectait aussi sa partie du jardin. Il régnait une effrayante odeur de gazon fraîchement tondu, de menthe pilée et d’orange (mon bergamotier??), ce qui n’était pas de bon augure. Difficile de cerner l’étendue des dégâts, il faudra attendre le matin suivant.

20170627_235554

Le lendemain, je ne suis pas tellement optimiste… les grêlons de la veille n’ont pas fondu. En sortant, je découvre même un oisillon mort sur l’allée. Un coup des chats? Est-il tombé du nid? On ne le saura jamais, pauvre petite bête.

Sans surprise, ce sont toujours les plantes à grandes feuilles qui ont trinqué. Les hostas sont mitraillés! Le crambe cordifolia s’est changé en dentelle et je ne reconnais plus mon buglosse.

La fleur de cire (dont je n’ai jamais vu les fleurs en trois ans) semble l’avoir échappé belle. Elle a même des boutons! Avec un peu de chance, je verrai enfin ses fleurs!

Pour les nénuphars, en revanche, c’est mal barré. L’oxalis, qui faisait un beau coussin pourpre, a été sévèrement pilonné. Il suffirait d’un rayon de soleil un peu fort pour que tout cuise. Heureusement, la météo restera plutôt nuageuse dans les jours à venir.

Les fragiles feuilles du Cercis Forest Pansy, qui a déjà eu du mal à repiquer du vif après sa plantation l’année dernière, ont été bien malmenées. Il doit se demander « mais où est-ce que j’ai atterri? ».

20170628_125749

Je vous passe l’état du rosier Ghislaine de Féligonde, mais on devine qu’il n’a pas rigolé…

20170628_125044

Les géraniums, aussi plats que des crêpes!

Heureusement, petit Banzaï est toujours collé à mes baskets (au sens propre comme au figuré) et me soutient moralement!

20170628_130359

Bilan : même si le jardin s’est étiolé, je m’attendais à pire. Heureusement, la remontée des rosiers redonnera de la couleur, car presque toutes les fleurs sont tombées par terre! Sauf les superbes pavots de Marie-Noelle, éclos ce matin! Comme quoi, la vie continue!

20170628_125650

Et pendant ce temps-là au grenier…

Florilège des plus belles photos de juin

Aux portes de l’été, je vous ai concocté un florilège des plus jolies photos de mon jardin. Celui-ci est âgé de quatre ans pour les parties les plus anciennes et d’une année pour les plus récentes (notamment le pourtour de la terrasse). Pour la première fois, son côté « Jardin à l’anglaise » commence à apparaître, les plantes se sont étoffées, le « fouillis » commence à se mettre en place! Certaines plantes se sont même ressemées, ce qui est un vrai bonheur! Mais voici les images!

20170619_202017

L’une de mes scènes préférées : la cabane à oiseaux, le rosier Ghislaine de Féligonde et son obélisque, la clématite Hagley hybrid et la vasque en marbre:

20170617_170246

Une vue prise d’un autre côté, tel que les passants peuvent l’observer depuis la route.

20170616_172040

Le splendide rosier mauve Novalis, dans son écrin de linaires, dans une gamme plus foncée:

La craquante clématite Buckland Beauty, que j’appelle « les petites pieuvres », si délicatement adorables!

20170609_184915

Les stars 2017 incontestables du jardin : les eremurus offerts par Candice il y a trois ans et qui fleurissent pour la première fois! Les passants sont ébahis de voir une plante aussi rare et majestueuse, tout le monde me demande ce que c’est!

Le rosier Bobbie James (qui était sensé être un Treasure Trove sur l’étiquette, hum) planté il y a 4 ans, sous la neige, dans un trou sans engrais, sans terreau, juste de la taille de la motte. Il ne m’en a pas tenu rigueur!!!

20170619_202623

Les plantations les plus anciennes : les ailliums se sont multipliés, les buglosse aussi, le saule-crevette forme une belle boule, on ne voit plus la terre entre les plantes! Youpie!

20170617_141236

La terrasse nouvellement pavée (avec des briques, d’ailleurs). Un air provençal à 850 mètres d’altitude!

20170614_130701

Ce ne sont pas les minous qui se plaindront de cette nouvelle installation! Schatz ne rentre plus dormir la nuit, il préfère les coussins bleus!

20170612_183513Une association toute simple mais que je trouve très élégante : stachys byzantina et rosier Glamis Castle, qui sent la poudre pour bébé!

20170612_184458

Un petit coin romantique avec le bain d’oiseaux… (parce que, malgré les tatouages, les cheveux violets et les piercings, je suis une grande romantique!).

20170609_185052

Delphine pose avec les delphiniums 😉

20170605_173622

Un trio de splendeur : clématite Snow Queen, que j’avais cru morte l’année passée, dévorée par les limaces.

20170601_184145

Vue depuis la terrasse : enfin les massifs se densifient, prennent de la hauteur, du gonflant, de la luxuriance!

20170605_174033

Le buddleia alternifolia lance ses arches de fleurs au-dessus du bassin dont la végétation, plantée il y a une année, commence à s’étoffer grâce à la bonne terre du paysagiste.

20170605_174106

A bientôt pour d’autres splendeurs!

2016-2017 : le jardin avant-après!

Si vous questionnez ma meilleure amie Candice, qui vit au rez-de-chaussée, elle vous apprendra que je suis d’un tempérament peu patient. Je trouve souvent que « ça ne pousse pas assez viiiiiteuuuh! ». Mais en regardant les photos au fil des années, je suis quand même stupéfaite de la progression du jardin! Et comme je suis une grande fan des « avant-après », voici un billet qui est consacré à l’évolution 2016-2017!

Pour le premier exemple, paf, je triche allégrement! En effet, voici un avant-après de 2015-2017. Vous remarquerez qu’une fontaine a poussé là, ainsi qu’une porte d’entrée. Et que la petite fenêtre arrondie – l’entrée des chats – a été rabaissée d’un bon mètre, pour leur confort:

La fontaine, justement. Je lui ai offert une grille et une petite allée gravillonnée. L’hydrangea grimpant de droite s’est installé à toute vitesse, de même que les quatre epimedium rubrum. Un coin d’ombre rempli de succès!

Je suis moins fière de ce mur, construit « à l’œil » (pas encore fini). On m’avait bien dit de mettre un panneau de coffrage pour qu’il soit droit… mais ce que Dédé veut… Je médite depuis quelque temps sur l’écoute de l’opinion des autres. J’ai toujours tendance à vouloir foncer tête baissée. Donc, avis à toutes les têtes de mules de mon acabit, mettez un panneau de coffrage! 😉

Les arbres poussent plus vite que les champignons, ici! J’avais vraiment besoin de séparer les ambiances. Quand on entre dans le jardin, on le saisit du premier regard. J’ai envie de le rendre plus « labyrinthesque », que chaque tournant soit une nouvelle découverte. Ça ne sera pas pour tout de suite, l’essentiel des plantes choisies ici sont à croissance lente (érable du Japon, skimmia, daphné odora…).

La bordure un peu plus en détail. J’ai considérablement rogné sur le chemin pour l’avancer, afin de rendre celui-ci étroit et mignon. Oups, ça sera facile quand il faudra passer avec une pelle mécanique pour les travaux que j’envisage à l’avenir. Bon, on ne peut pas penser à tout!

Aaah, j’ai bon espoir qu’en 2018, les garages seront masqués par le saule-crevette et surtout par le buddleia alternifolia! Non mais regardez-le, il a pris plus d’un mètre en une année! Brave petite bête

Un épais tapis de linaires s’est ressemé sous le saule-crevette. Par contre, le céanothe dans l’angle du bassin ne va pas du tout. Il est trop rase-motte. Je vais le remplacer par un poirier pleureur à feuilles de saule. Cela masquera également les maisons d’en face. Ça ne sera pas du luxe, le point noir de mon jardin étant le manque d’intimité, avec sa végétation encore peu étoffée.

Il y a 13 mois d’écart entre ces deux photos! Sidérant, non? Il faut dire que jusqu’ici (touchons du bois), la saison est plutôt favorable à la croissance! Le sureau noir Black Beauty a carrément explosé comme un feu d’artifice!

Ici aussi, 13 mois d’écart. Les rosiers ont pris plus de deux mètres durant leur première année de plantation! La terre que le paysagiste m’a livrée doit être dopée à je ne sais quoi, mais tout pousse, là-dedans! La campanule lactiflora forme une boule immense, alors qu’on ne la voit même pas sur la première photo! Ah… et la nouvelle terrasse a été construite il y a quelques jours! ❤

Il n’y a pas à dire, le printemps dernier a été bien pluvieux! Mon bassin, qui a un petit trou, devra être restauré. On verra ça après la réfection du toit cet été! L’akebia quinata a bien colonisé la pergola! Et j’ai installé quelques plantes en bout de bassin, pour le garnir un peu.

Et j’achève ce billet par mon petit Banzaï, bullant à l’ombre (au sens propre comme au figuré!). Il se remet bien de sa pancréatite, dont il a fort souffert depuis un an et demi. Je retrouve son caractère « d’avant », quel bonheur! En plus de ses nombreux médicaments, je devrai lui faire des injections régulières. J’ai dû m’entraîner sur lui chez le vétérinaire, avec une seringue d’eau. Pas trop compliqué, heureusement! Décidément, j’aurai tout fait! Belle soirée à vous et bon dimanche!!

20170527_133400.jpg

La construction de la terrasse

Aujourd’hui, je suis ravie de vous présenter un moment très important pour la maison, et surtout pour son jardin! En effet, le « terrain vague » (occasionnellement lieu de brûlage de bois) va céder sa place à une ravissante terrasse! Deux jours de travail que je vous raconte ci-dessous.

La société Pavés Tavares, qui avait déjà construit mon allée, et dont le travail m’avait enchantée, est à nouveau missionné pour l’opération. J’ai apporté ma modeste contribution de manœuvre. Ci-dessous, la mise en place du voile géotextile puis des gravillons.

20170523_084232 (600x800)

La précision est de rigueur, car on ne plaisante pas avec la planéité et les niveaux! Voici une étape qui a pris beaucoup de temps, car elle est cruciale! La terrasse sera légèrement pentue, car il faudra que les eaux de pluie puissent ruisseler et non stagner.

20170523_102443 (600x800)

Le billard est prêt pour recevoir les briques belges! Tout est parfait!

20170523_104510 (800x600)

Première bordure! Photo 2 : j’ai demandé à ce qu’un petit espace sépare la terrasse du bassin, et ce pour deux raisons : pour ménager un petit dégagement en cas d’éventuel changement de bâche du bassin. Et, surtout, un espace pour installer de petites plantes tapissantes! (cymbalaria muralis)

A la fin de la journée, la terrasse est presque posée!

Le lendemain, la bordure est achevée. Vient alors l’étape du sable polymère. C’est un sable qui ressemble à un sable traditionnel et qu’on étale à l’aide d’un balai. Le sable s’infiltre alors dans les anfractuosités . Lorsqu’on asperge d’eau, le sable durcit comme du mortier et conserve son aspect sableux! Un produit magique!

Quelques jolis détails… toutes les coupes particulières ont été réalisées individuellement et à la main.

Un coup de plaque vibrante pour tasser le tout…

20170524_113338 (600x800)

Et voici le résultat final! Quand la terrasse est humide comme ici, elle prend une magnifique teinte chaude!

20170524_120658 (800x600)

Sinon, elle est plutôt beige-rosée. Vous constaterez peut-être qu’elle est un peu surélevée, ce qui a l’avantage de la laisser propre. Je l’adore! J’en avais rêvé… Pavés Tavares l’a fait! Il se déplace dans toute la Suisse romande… je vous le recommande vivement! En plus, il est à l’écoute et adorable!

20170524_151736 (800x600) (800x600)

Il y a toutefois une chose cruciale qui manquait. Hé oui, un parasol! Mes parents m’avaient offert des sous pour mon anniversaire afin d’en acheter un. C’est chose faite! Il est magnifique, 3m de diamètre, en bois, parties renforcées, inclinable… et filtrant les UV! Tous les critères que je recherchais, réunis en un seul parasol! Yes! Seul dilemme à présent… à quoi vais-je bien pouvoir rêver? Ah oui je sais, à la rénovation de ma toiture qui interviendra cet été! Mais en attendant… raclette, sur la terrasse naturellement!

Et sur ce, je vous souhaite un magnifique week-end de l’Ascension!

IMG_28650 (800x575)