2016-2017 : le jardin avant-après!

Si vous questionnez ma meilleure amie Candice, qui vit au rez-de-chaussée, elle vous apprendra que je suis d’un tempérament peu patient. Je trouve souvent que « ça ne pousse pas assez viiiiiteuuuh! ». Mais en regardant les photos au fil des années, je suis quand même stupéfaite de la progression du jardin! Et comme je suis une grande fan des « avant-après », voici un billet qui est consacré à l’évolution 2016-2017!

Pour le premier exemple, paf, je triche allégrement! En effet, voici un avant-après de 2015-2017. Vous remarquerez qu’une fontaine a poussé là, ainsi qu’une porte d’entrée. Et que la petite fenêtre arrondie – l’entrée des chats – a été rabaissée d’un bon mètre, pour leur confort:

La fontaine, justement. Je lui ai offert une grille et une petite allée gravillonnée. L’hydrangea grimpant de droite s’est installé à toute vitesse, de même que les quatre epimedium rubrum. Un coin d’ombre rempli de succès!

Je suis moins fière de ce mur, construit « à l’œil » (pas encore fini). On m’avait bien dit de mettre un panneau de coffrage pour qu’il soit droit… mais ce que Dédé veut… Je médite depuis quelque temps sur l’écoute de l’opinion des autres. J’ai toujours tendance à vouloir foncer tête baissée. Donc, avis à toutes les têtes de mules de mon acabit, mettez un panneau de coffrage! 😉

Les arbres poussent plus vite que les champignons, ici! J’avais vraiment besoin de séparer les ambiances. Quand on entre dans le jardin, on le saisit du premier regard. J’ai envie de le rendre plus « labyrinthesque », que chaque tournant soit une nouvelle découverte. Ça ne sera pas pour tout de suite, l’essentiel des plantes choisies ici sont à croissance lente (érable du Japon, skimmia, daphné odora…).

La bordure un peu plus en détail. J’ai considérablement rogné sur le chemin pour l’avancer, afin de rendre celui-ci étroit et mignon. Oups, ça sera facile quand il faudra passer avec une pelle mécanique pour les travaux que j’envisage à l’avenir. Bon, on ne peut pas penser à tout!

Aaah, j’ai bon espoir qu’en 2018, les garages seront masqués par le saule-crevette et surtout par le buddleia alternifolia! Non mais regardez-le, il a pris plus d’un mètre en une année! Brave petite bête

Un épais tapis de linaires s’est ressemé sous le saule-crevette. Par contre, le céanothe dans l’angle du bassin ne va pas du tout. Il est trop rase-motte. Je vais le remplacer par un poirier pleureur à feuilles de saule. Cela masquera également les maisons d’en face. Ça ne sera pas du luxe, le point noir de mon jardin étant le manque d’intimité, avec sa végétation encore peu étoffée.

Il y a 13 mois d’écart entre ces deux photos! Sidérant, non? Il faut dire que jusqu’ici (touchons du bois), la saison est plutôt favorable à la croissance! Le sureau noir Black Beauty a carrément explosé comme un feu d’artifice!

Ici aussi, 13 mois d’écart. Les rosiers ont pris plus de deux mètres durant leur première année de plantation! La terre que le paysagiste m’a livrée doit être dopée à je ne sais quoi, mais tout pousse, là-dedans! La campanule lactiflora forme une boule immense, alors qu’on ne la voit même pas sur la première photo! Ah… et la nouvelle terrasse a été construite il y a quelques jours! ❤

Il n’y a pas à dire, le printemps dernier a été bien pluvieux! Mon bassin, qui a un petit trou, devra être restauré. On verra ça après la réfection du toit cet été! L’akebia quinata a bien colonisé la pergola! Et j’ai installé quelques plantes en bout de bassin, pour le garnir un peu.

Et j’achève ce billet par mon petit Banzaï, bullant à l’ombre (au sens propre comme au figuré!). Il se remet bien de sa pancréatite, dont il a fort souffert depuis un an et demi. Je retrouve son caractère « d’avant », quel bonheur! En plus de ses nombreux médicaments, je devrai lui faire des injections régulières. J’ai dû m’entraîner sur lui chez le vétérinaire, avec une seringue d’eau. Pas trop compliqué, heureusement! Décidément, j’aurai tout fait! Belle soirée à vous et bon dimanche!!

20170527_133400.jpg

La construction de la terrasse

Aujourd’hui, je suis ravie de vous présenter un moment très important pour la maison, et surtout pour son jardin! En effet, le « terrain vague » (occasionnellement lieu de brûlage de bois) va céder sa place à une ravissante terrasse! Deux jours de travail que je vous raconte ci-dessous.

La société Pavés Tavares, qui avait déjà construit mon allée, et dont le travail m’avait enchantée, est à nouveau missionné pour l’opération. J’ai apporté ma modeste contribution de manœuvre. Ci-dessous, la mise en place du voile géotextile puis des gravillons.

20170523_084232 (600x800)

La précision est de rigueur, car on ne plaisante pas avec la planéité et les niveaux! Voici une étape qui a pris beaucoup de temps, car elle est cruciale! La terrasse sera légèrement pentue, car il faudra que les eaux de pluie puissent ruisseler et non stagner.

20170523_102443 (600x800)

Le billard est prêt pour recevoir les briques belges! Tout est parfait!

20170523_104510 (800x600)

Première bordure! Photo 2 : j’ai demandé à ce qu’un petit espace sépare la terrasse du bassin, et ce pour deux raisons : pour ménager un petit dégagement en cas d’éventuel changement de bâche du bassin. Et, surtout, un espace pour installer de petites plantes tapissantes! (cymbalaria muralis)

A la fin de la journée, la terrasse est presque posée!

Le lendemain, la bordure est achevée. Vient alors l’étape du sable polymère. C’est un sable qui ressemble à un sable traditionnel et qu’on étale à l’aide d’un balai. Le sable s’infiltre alors dans les anfractuosités . Lorsqu’on asperge d’eau, le sable durcit comme du mortier et conserve son aspect sableux! Un produit magique!

Quelques jolis détails… toutes les coupes particulières ont été réalisées individuellement et à la main.

Un coup de plaque vibrante pour tasser le tout…

20170524_113338 (600x800)

Et voici le résultat final! Quand la terrasse est humide comme ici, elle prend une magnifique teinte chaude!

20170524_120658 (800x600)

Sinon, elle est plutôt beige-rosée. Vous constaterez peut-être qu’elle est un peu surélevée, ce qui a l’avantage de la laisser propre. Je l’adore! J’en avais rêvé… Pavés Tavares l’a fait! Il se déplace dans toute la Suisse romande… je vous le recommande vivement! En plus, il est à l’écoute et adorable!

20170524_151736 (800x600) (800x600)

Il y a toutefois une chose cruciale qui manquait. Hé oui, un parasol! Mes parents m’avaient offert des sous pour mon anniversaire afin d’en acheter un. C’est chose faite! Il est magnifique, 3m de diamètre, en bois, parties renforcées, inclinable… et filtrant les UV! Tous les critères que je recherchais, réunis en un seul parasol! Yes! Seul dilemme à présent… à quoi vais-je bien pouvoir rêver? Ah oui je sais, à la rénovation de ma toiture qui interviendra cet été! Mais en attendant… raclette, sur la terrasse naturellement!

Et sur ce, je vous souhaite un magnifique week-end de l’Ascension!

IMG_28650 (800x575)

 

Folies au garden center

Lorsque ma meilleure amie Candice et moi allons au Garden Center, nous rentrons rarement la voiture vide! Et cette virée d’hier en Suisse allemande ne fit pas exception. Tandis que Candice a acheté de quoi réaliser des potées fleuries, je me suis ruée sur deux aucuba panachés de grande taille, que je cherchais depuis un moment. RAVIE de cette pêche miraculeuse!

Un peu plus tôt, alors que je cherchais un arbre sur tige, mon œil a été attiré par celui-ci. Mais il faudra revenir plus tard… des petits locataires occupent les lieux! Le personnel a eu la délicatesse de le signaler.

Un peu plus loin, j’ai craqué totalement sur cet Acer Palmatum Butterfly, un érable de taille adulte modeste, parfait pour éclairer ce coin ombragé. Il a un feuillage presque entièrement blanc et de toutes petites feuilles d’une grâce infinie! Pour 150.-, j’ai vraiment fait une affaire en or! Il mesure déjà 1m50 et les prix que j’ai vus ailleurs pour la même taille oscillent entre 390.- et 465.-!

Plus communs, voici deux aucuba panachés. Je les ai choisis pour leur rusticité, leur feuillage persistant et dense, parfaits pour protéger un peu les autres plantes de mon couloir à vent de jardin. Celui de gauche servira à masquer ce soupirail et l’autre bouchera un « trou » sous le sureau. Candice, qui déteste férocement ces plantes, n’a pas arrêté de me taquiner de l’entrée du magasin jusqu’à la maison… et je crois que je l’entendrai pendant encore des années 😀

Pour terminer, une vue plus générale. L’érable, au centre, apportera de la hauteur, ce qui manque encore à mon jeune jardin. En revanche, enroulé autour du bouleau de gauche, le rosier Bobbie James, planté il y a 4 ans, mesure déjà plus de 5 mètres!

20170516_203122

Je vous souhaite plein de belles choses, quelles qu’elles soient, qui rempliront vos cœurs de joie!

La treille-tunnel-pour-chats!

La météo étant incertaine, j’ai décidé de consacrer quelques heures à la construction d’une treille-tunnel-pour-chats, à l’abri des gouttes! Voici mon « établi », car j’adore travailler par terre, devant un film!

20170513_172103 (600x800)

Mais qu’est-ce que c’est au juste, qu’une treille-tunnel-pour-chats? …

20170513_175832 (600x800)

Commençons depuis le début. Le « coupable », c’est ce chèvrefeuille qui recouvre peu à peu le muret. Il fait son boulot de chèvrefeuille, quoi! Mais cela déplaît souverainement à mes minets, qui n’arrivent plus à cheminer sur celui-ci! Ils doivent descendre, faire le tour, se mouiller les papattes, bref, l’enfer. Le chèvrefeuille, quant à lui, ne serait pas contre un support plus adapté pour s’agripper.

20170513_191705 (800x600)

J’ai donc inventé la treille-tunnel-pour-chats! Il s’agit de listes en bois autoclavé (résistant aux intempéries). Avec un treillage « casanet » et une bâche transparente recouvrant deux faces. Ceci permettra à la plante de s’accrocher. La bâche empêchera les lianes de traverser le tunnel de part en part… et protégera les chats de la pluie. Pour finir, le côté ouvert leur permettra d’observer leur environnement.

20170513_191606 (800x600)

Alors que j’installais ce montage sur le mur, les chats et moi avons eu un gigantesque sursaut suite à un bruit formidable. La locomotive à vapeur arrivait en gare et lâchait toute sa vapeur! A chaque fois qu’elle est de sortie, je vais l’admirer. Elle est fascinante! Mais revenons à nos chatons…

20170513_195009 (800x600)

Voilà! Le tunnel de 2m50 de long est installé! Schatz a trouvé une tout autre utilisation de ma construction, ce qui me vexe un peu, et cela semble être le cadet de ses soucis! A l’aide de pierres et de cordelettes, j’ai lesté l’ensemble, car le vent est redoutable sur cet axe-là.

Tadam, fini! Je suis très contente du résultat! L’ensemble est transparent et assez discret, en attendant que la plante le recouvre. Il présente également l’avantage de rehausser artificiellement le mur, créant davantage d’intimité (l’inconvénient de mon jardin, qui est ouvert à tous les regards, tant que les arbres n’auront pas atteint une taille intéressante). Sur ce, je vous souhaite un bon dimanche!!

20170513_201131 (800x600)

 

 

Les briques de la terrasse sont arrivées!

En rentrant à la maison ce soir, j’étais tellement affairée à sauver un ver de terre sur l’allée, que je ne les ai pas vues tout de suite. Et Dieu sait qu’elles sont imposantes, mes deux palettes de briques de deux tonnes et demi! J’ai vraiment eu des cœurs dans les yeux en les voyant (mais rassurez-vous, j’ai enterré mon ver avant de prendre la photo!).

20170511_174902 (600x800)

Et les voici, les briques de la terrasse, tout juste arrivées de Belgique, après un périple de plus de 700 kilomètres! Elles sont magnifiques! D’une teinte très douce, chaude, sablée et légèrement rosée (avec la bâche, on ne voit hélas pas bien).

J’ai voulu immortaliser la scène avec Mademoiselle Belette, mais rien n’y a fait! La diva ne se trouvait pas photogénique aujourd’hui.

J’ouvre ici une petite parenthèse avec une jolie anecdote. Par curiosité, j’ai regardé sur Google Maps où se situait la briqueterie Vande Moortel, soit à Audenarde. Puis, j’ai consulté l’arbre généalogique familial paternel, qui remonte jusqu’en 1668. Il se trouve que mes ancêtres habitaient la petite ville flamande de Zwevegem… qui se trouve à 24 kilomètres de la briqueterie! Curieux hasard, n’est-ce pas? Si on leur avait dit que leur arrière-arrière-etc-petite-fille allait commander des briques depuis la Suisse 350 ans plus tard, ils auraient probablement dit Gottferdom! Et j’ai une certaine émotion en me disant que ces briques viennent presque de mon berceau ancestral!

Voilà l’emplacement de la future terrasse, qui est actuellement une affreuse zone qui me sert essentiellement à brûler du bois et des déchets de jardin. On fait mieux, comme terrasse! Pas très attrayant, avec cette végétation encore toute rase…

20170511_175335 (800x600)

En attendant la suite de l’épisode « terrasse », je vous propose quelques vues des plus belles plantes actuellement au jardin. Il est encore loin d’être à maturité, il n’a que 4 ans pour les plantes les plus anciennes, mais les vivaces sont resplendissantes! A l’exemple de cette artémise Valérie Finnis, plantée l’an dernier en petit godet, qui a rapidement conquis son espace. En revanche, le petit conifère en pot (Picea glauca Alberta Globe) mettra 10 ans pour atteindre la taille vénérable de… 50 centimètres!

IMG_2862 (800x533)

Ah! Cette clématite White Lady! Je l’adore! Elle a conquis l’obélisque de 2 mètres que j’avais construit il y a 2 ans. Le rosier Pierre de Ronsard, perdu là au milieu, à intérêt à se développer avant qu’elle ne l’étouffe!

IMG_2860 (800x533)

Juste parce que les pousses des sceaux de Salomon et les crosses des fougères sont admirables! De vrais bijoux de la nature, d’une légèreté mystérieuse:

Non, décidément, toujours pas décidée à se laisser photographier! Comment cette bouboule de +6 kilos peut-elle encore se glisser sous les épimédiums? Mystère…

20170511_180516 (800x600)

Une molène s’est invitée devant l’obélisque. Je n’aime pas trop ces fleurs (jauuune, aaargh!), mais le feuillage est magnifique. Je vais la déplacer car elle se trouve à l’emplacement de la future terrasse. A droite, le géranium clarkei Kashmir White, planté il y a quelques jours, et qui s’ouvre déjà! Il peut devenir énorme, j’espère qu’il se plaira, je craque totalement!

Banzaï semble guetter la mangeoire désertée, dans son écrin d’akebia quinata aux feuilles étranges! On dirait presque une liane tropicale. Banzaï reprend du poids grâce à son traitement anti-pancréatite, mais il a 2 médicaments le matin et 3 le soir. Je devrai bientôt aussi lui faire des injections de vitamine B12. Il s’est aussi fait enlever une canine infectée il y a quelques semaines. Le vétérinaire pourra bientôt m’engager comme assistante!

Et je termine ce billet avec le jardin dont je m’occupe quand il pleut. Il a tragiquement avancé vite, celui-là, vu la météo de ces dernières semaines!

20170503_172345 (800x600)

Yesss, je l’ai eue! Et je vous souhaite une très belle soirée!

IMG_2857 (533x800)

Le jardin à fin avril

Après les fortes gelées (et la neige) de ces derniers jours, c’est un véritable plaisir de revenir au jardin sous le soleil (même s’il faut quand même bien s’habiller).

Pour me réchauffer, j’ai commencé par le plus gros projet du jour, à savoir rendre l’accès à la fontaine plus net, avec ses herbes folles:

20160503_204229 (800x600)

J’ai délimité une zone à gravillonner en creusant sur une quinzaine de centimètres de profondeur. Puis placé un voile géotextile et planté deux allées de petits buis à bordures:

IMG_2810 (800x533)IMG_2835 (800x533)

Ensuite, j’ai planté mon pauvre affreux buddleija davidii Harlequin acheté 37.- (en Suisse… les prix s’en ressentent, mais pas la qualité!). Après avoir apparemment souffert dans son emballage, son état empire de jour en jour. Je mise tout sur les deux ou trois petites pousses encore vigoureuses qui lui restent. Au passage, j’ai dû sortir la barre à mine pour dégager une énorme pierre qui était au fond du trou que je lui destinais… ce qui m’a fait suer davantage que l’allée gravillonnée ci-dessus!

20170429_123618 (800x600)

Hormis cela, l’ensemble du jardin se porte plutôt bien! Bien mieux que l’année dernière, qui avait été très maussade à la même période. Les massifs se dessinent gentiment en volume…

IMG_2849 (800x533)

Le gros inconvénient de mon jardin : il donne sur la rue. Pire que ça, celle-ci le surplombe. L’intimité est donc très relative. Par bonheur, la route est très peu passante et la plupart de mes voisins sont exquis! Ce qui me dérange un peu, ce sont les personnes qui prennent le mur pour un banc, voire qui y sortent leur pique-nique. Hum. Je me réjouis quand même que les plantes d’arrière-massif commencent à s’étoffer:

IMG_2828 (800x533)

Le paillis de cosses de cacao fait merveille et la terre est bien humide en-dessous, malgré mon couloir à vent de jardin à cet endroit-là. Ce petit passage vers une partie plus intime du jardin commence à se dessiner. A gauche, un essai de bordure métallique qui me laisse un peu perplexe… je préférerais des pavés. Voyez-vous Minette? Allez, je ne vais pas vous faire chercher pour rien : cette coquine a réussi à se glisser sous le voile d’hivernage du pot qu’on voit au fond. J’ai failli faire une crise cardiaque en voyant le machin qui gigotait tout seul!

IMG_2838 (800x533)

Il y a un coin qui me désespère encore, et c’est le plus important du jardin : le bassin! Bon, d’accord, il faut laisser aux plantes le temps de grandir, je saiiiiiis… mais le manque de fond végétal, et la vue sur la maison, me déplaisent souverainement. Snif. Je réfléchis à la pose de treillis sur le mur. Qui est de guingois, évidemment! Ce n’est pas un effet de l’image, le terrain est véritablement en pente.

IMG_2847 (800x533)

Revenons à quelque chose de plus gai. Donc, le prunus commence à sortir ses tutus roses, très doubles, tellement charmants! Son feuillage reste lui aussi spectaculaire durant toute la saison! Grandis vite, petit prunus, cache-moi vite de cette route! Hélas, il n’est pas pressé…

L’acer japonicum aureum entr’ouvre ses jolis fourreaux de satin pour laisser apparaître ses feuilles vert pomme, qui auront plus tard une forme de charmants petits éventails.

IMG_2837 (533x800)

Une ancienne collègue m’avait offert ces magnifiques tulipes pour mon anniversaire. Je les aime toujours autant. Pour la première fois, elles se sont multipliées! Et un petit muscari bleu pâle acheté par correspondance en France (comme la plupart de mes plantes).

Je ne sais plus le nom de ce géranium, que j’avais donné l’an dernier, car je ne l’aimais pas. Le coquin n’a pas aimé le procédé et s’est ressemé partout! Et, étonnamment, je l’adore de nouveau! Il me semble que le pied initial n’avait pas cette couleur-là. Il s’est peut-être hybridé avec autre chose? Là il est plutôt rose, alors que j’avais le souvenir d’un bordeaux foncé.

IMG_2845 (800x533)

Juste parce que cette photo est jolie 🙂

IMG_2830 (800x533)

Et maintenant, une trèèèès bonne nouvelle : la mise à l’enquête publique pour la réfection (et la modification) de mon toit n’a rencontré aucune opposition (je ne m’inquiétais d’ailleurs pas trop par rapport à cela). Voyez ce pauvre toit (encore plus racorni que mon buddleja, c’est dire!). Il est couvert de mousse, il fuit depuis l’automne dernier, il lâche des tuiles… bref, il est à bout de course. Il était temps que les choses bougent pour lui!

IMG_2823 (800x533)

La modification consiste à créer une terrasse de 10m carrés qui rentrera dans le toit (ici c’est un balcon, mais les plans sont en cours de modification chez l’architecte). La banque est OK, je n’attends plus que l’autorisation finale des mille services concernés (de l’Urbanisme jusqu’aux Monuments et sites, la Commune, la Prévention incendie, je ne sais pas quoi d’autre encore) pour lancer les travaux! Hiiiiii j’ai hâte! ❤ ❤ ❤

MaisonTravers2 (800x616)

Après cette magnifique journée, un petit thé Raspoutine (ma drogue!) dans la brouette, au soleil! J’ai failli m’endormir!

20170429_190545 (800x600)

Mais pas question de dormir encore, car j’avais aussi le projet de confectionner une « cuchaule », une sorte de brioche au safran originaire du canton de Fribourg, tout comme le gruyère (le célèbre fromage sans trous!). J’avais juste négligé un petit détail : 2 heures de levage de la pâte et 50 minutes de cuisson. Si bien qu’il est presque minuit! Je vous souhaite donc une très belle nuit, pleine de doux rêves!

20170429_233831 (800x600)

Commande de plantes d’avril

Mmh, il est très dangereux de rester inoccupée à la maison par un temps pluvieux! Dangereux surtout pour le porte-monnaie! Car au lieu d’aller entretenir mes plantes dehors, je me suis laissée tenter par les sites de vente par correspondance! Craquage totalement déraisonnable. Mais quel bonheur! ❤

Pour commencer, ce buddleja Harlequin qui m’a fait totalement fondre! Je suis fanatique des feuillages panachés et du violet. C’était donc une évidence! Le nombre de papillons énorme du jardin peut se réjouir! J’ai d’ailleurs trouvé des chenilles partout en désherbant! Rhoooo ❤

Buddleja davidii Harlequin

Ensuite, un grand classique avec ces bergenias Baby Doll et Bressingham White. De petites espèces qu’on arrive toujours à caser dans un coin (mon excuse préférée!).

Deux Erigeron, le premier Blütenmeer puis Azurfee. Le premier est mort cet hiver, j’essaie de retenter le coup! C’était apparemment l’hiver le plus froid de ces 30 dernières années. Franchement, j’en doute. J’ai encore en mémoire les -20 degrés de février 2012, avec le mazout qui a gelé dans la citerne, transformant la maison en cube de glace! De toute façon, on nous brandit régulièrement un quelque nouveau record météorologique… mouais, bref… deux erigerons, quoi!

Je n’étais pas très fan des hellébores, avant de les découvrir autrement qu’en godet ridicule, dans le jardin de ma meilleure amie Candice. De vrais buissons! Et comme j’adore les fleurs doubles, j’ai choisi ce Double Pink Spotted:

Helleborus orientalis 'Double Pink Spotted'

L’autre jour, en passant commande d’un bouquet pour mes parents chez le fleuriste, j’avais le nez dans quelque chose de bon : du muguet! Mmmmh! Je ne savais pas qu’il en existait du panaché! Bien que j’adore les fleurs, je n’arrive jamais à les cueillir pour les emmener à l’intérieur, privant le jardin de ses beautés.

Pour ajouter à ma collection de phlox, ce violetta gloriosa splendide et doux !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et parce qu’on a toujours de la place pour un petit géranium (hum hum…), voici un striatum Apfelblüte (ça se remarque que j’ai commandé sur un site germanophone? En français: fleurs de pommier) et un Kashmir White. Il n’y a pas d’entre-deux : dans mon jardin, soit les géraniums explosent, soit ils restent rachitiques. Bizarre.

Cet hiver, ce fut carrément la catastrophe pour mes deux teucriums hyrcaniums : aucun n’a survécu. Je réessaie et planterai celui-ci à l’opposé de ceux qui sont morts… sait-on jamais!

Teucrium hyrcanicum

Décidément, encore un décédé! La pluie printanière de 2016 avait pourri ce polemonium Brise d’Anjou que j’adorais! Deuxième essai…

Polemonium caeruleum 'Brize d'Anjou'

Je suis aussi tombée amoureuse de cette lilliputienne Montia sibirica, découverte sur une pub. Je la mélangerai, comme présenté ici, à mes hostas. Je trouve ce mariage superbe et en ai pris trois!

Lamium Pewter Pink, un classique pour éclairer un coin ombragé…

Lamium maculatum Pink Pewter

Quelques printanières, pour booster un peu la couleur en début de saison! Cette primevère au feuillage noir, Prima Vulgaris Avoca. Et une amusante globuleuse, Primula denticulata.

Salvia officinalis au feuillage irisé et sagina, une tapissante microscopique aux mille petites étoiles blanches.

Et je termine par une réjouissante erreur: je n’avais pas vu que ce rosier Alba Meidiland était resté dans mon panier depuis des mois. Cela tombe « bien », car l’un de mes daphnés odora est mort cet hiver (ouiiin, j’avais oublié de le protéger!) et il me fallait quelque chose pour remplacer.

Rosier Alba Meidiland

Sur ce, je vous souhaite d’excellentes fêtes de Pâques, et plein de jolies choses, quelles que soient celles qui fassent palpiter votre ❤ !