Archives

Avant-après

Parce que les images parlent mieux que les mots, je vais vous faire ces jours-ci une petite série d’avant-après du jardin. Je n’ai pas été active sur le blog ce mois dernier, mais ma petite minette a été accidentée et j’ai pour ainsi dire laissé de côté un certain nombre de choses (dont les mauvaises herbes, au secours!).

En compilant ces images, j’ai réalisé que j’étais injuste avec mes lamentations, mes « ça ne pousse pas assez viiiite!! ». Quand je regarde cela, je me dis au contraire que le jardin a bien évolué! Mais je vous laisse juger par vous-mêmes:

La future terrasse:

Août 2015:

20150825_072531.jpg

Mars 2016. Difficile à croire que c’est la même vue que ci-dessus… et pourtant oui! Mur de soutènement, remblai et bassin à la place du cabanon de jardin.

20160320_175446

Août 2016

BZ2A3946

Le bassin:

Août 2015 (prenez comme point de référence la maison aux volets rouges!):

20150829_133551

Mars 2016 : plus de cabanon ni de sapins, ni de souches, ni de désordre (ou peu s’en faut):

20160320_162405

Août 2016 : la nature reprend ses droits! Il y a encore du boulot, mais c’est déjà plus présentable!

BZ2A3954.JPG

D’autres avant-après viendront dans les jours qui suivent! A bientôt, donc!!

Publicités

Finalisation du bassin à poissons

Le moment tant attendu s’est enfin manifesté ce week-end. Je l’espérais depuis plusieurs mois! A savoir plusieurs jours de soleil d’affilée pour faire sécher mon bassin, dans l’optique de poser la bâche étanche. J’ai donc vidé toute l’eau de pluie qui était tombée dedans (env. 120 litres). Au bout d’une journée, il était déjà sec. J’ai donc consciencieusement passé l’aspirateur dedans.

20160506_194338

Ensuite, creusage d’un fossé d’une quarantaine de centimètres tout autour du bassin pour enterrer ensuite les bords de la bâche qui tapissera le bassin. C’était la tâche la plus désagréable!

20160507_120300

Voici ensuite le rouleau de feutre qui était stocké dans le couloir depuis deux mois. Ravie de le voir dégager! Minette inspecte, comme à son habitude, tout élément nouveau dans son environnement:

20160507_101142

Découpage du feutre. Celui-ci servira de molleton entre la bâche et le béton:

20160507_130136

Le début du tapissage commence:

20160507_131738

Fixation à l’aide de scotch tressé… Voilà, c’est prêt pour accueillir la bâche!

20160507_143735

Mais avant de continuer, je prends cinq minutes de pause au fond de cette petite pièce confortablement capitonnée. Je travaille désormais en chaussettes, ce qui me permet de repérer sous le pied les petites pierres tombées par mégarde au fond du bassin.

20160507_143611

Et voici ma bête noire (c’est le cas de le dire!) : la bâche qui était stockée dans ma salle à manger (ravie de la voir dégager elle aussi). Ma plus grande crainte était de ne pas arriver à la déplacer jusqu’au bassin, car elle pèse 38 kilos. J’ai trouvé l’astuce en la tirant au sol. Ouf, c’est allé!

20160507_144101

Après mille ajustements, la bâche est en place. Ce travail nécessitait de la patience et de la minutie, mais n’était pas autrement compliqué. En revanche, c’était un vrai purgatoire de faire ça en plein soleil : la bâche était bouillante! Je gouttais littéralement, tellement je transpirais! Maintenant, je fais couler un petit fond d’eau pour bien plaquer la bâche au fond et vérifier qu’il n’y a aucun faux pli:

20160507_155540

Mmh, un petit bain de pieds! L’eau chauffe rapidement en raison de la couleur de la bâche.

20160508_151656

Pendant ce temps, Chipie se rafraîchit à sa manière, bien installée à l’ombre:

20160508_154842

Go! Le remplissage commence pour de bon! Mon fidèle ami Alain vient me prêter main forte pour plier les coins et les maintenir en place. J’ai branché le tuyau d’arrosage sur le robinet de la cuisine, ce qui nous permet de patauger dans de la bonne eau tiède (nous avons d’ailleurs vidé le ballon d’eau chaude, qui fait 250 litres. Le bassin a une contenance de 4300 litres). Cette étape était un régal: nous avons passé plus d’une heure à bavarder les pieds dans l’eau!

20160508_180056

Passé un certain niveau d’eau, il est quasiment impossible de repositionner la bâche. Mais comme elle était bien placée dès le début, nous avons pu laisser le bassin se remplir sans intervenir davantage.

20160508_184059

La nuit tombe, nous commandons une pizza et mangeons devant le bassin qui achève de se remplir. Quelle belle fin de journée! Minette, sur son mur, scrute cette métamorphose de son environnement:

20160508_210819

Et voilà, un rêve de plus a été réalisé aujourd’hui! J’ai toujours été fascinée par les points d’eau! Il n’y a plus qu’à attendre quelques mois que l’eau se stabilise et je mettrai peut-être des poissons dedans. Les plantes aquatiques (nénuphar, pesse d’eau et pontederia*), sont déjà là, en attente dans le petit étang « naturel ». Je les intégrerai bientôt!

Je vous souhaite un agréable début de semaine!!

20160508_212914

Construction du bassin à poissons

Depuis toute petite, j’ai toujours eu une fascination pour les bassins, étangs, puits et autres trous d’eau. Pour la future terrasse, quelle meilleure idée que de créer un bassin à poissons, même si j’ai déjà un petit « étang »? Il faut dire que les deux parties du jardin seront séparées par une rangée de végétaux, pour deux ambiances différentes. Pour la terrasse, voici l’image qui m’a inspirée : un bassin carré, avec l’eau presque à fleur de sol :

12234886_731181790359417_2640027611308678741_n

Les géniaux ouvriers, qui savent tout faire, réalisent une esquisse du projet sur un panneau de coffrage. Il sera laissé une bande de terre de 90cm tout autour du bassin pour que je puisse mettre des plantes:

12247075_731181827026080_425971599355612688_n

Et c’est parti pour la fouille, à la pelle mécanique puis à la main. A cet endroit, il y avait l’ancien cabanon de jardin :

12278650_731863810291215_7926935114610835914_n

Grâce à des pierres, le treillis métallique est maintenu un peu au-dessus du niveau du sol. C’est un chef d’œuvre de méli-mélo, afin de bien maintenir le béton. Sur le mur, dessiné au crayon, on voit le futur niveau du sol (il faudra remblayer):

12232747_731864003624529_6083612268528177115_o

Youpi, la chape est coulée! Le bassin paraît tout petit sur cette image, alors qu’il mesure en réalité 3 mètres de longueur. Les ferrailles verticales accueilleront le pourtour du bassin:

11988739_731974756946787_4118096887321865347_n

Le soir tombe et le coffrage est prêt. C’est un vrai casse-tête chinois, ce truc! Fait de renforts, puis de renforts de renforts. Lorsque l’on coule du béton sur une hauteur de plus d’un mètre, il faut que le coffrage soit extrêmement solide, surtout quand le vibreur à béton entre en action. Si ça craque, c’est la catastrophe!

12247806_732369706907292_2116034732434422508_o

L’intérieur du futur bassin, garni d’étais aussi bien au-dehors qu’au-dedans. Et toujours avec de la ferraille, bien sûr:

12243045_732369723573957_8469824098849709962_n

Quelques tonnes de béton plus tard, le moule du bassin est rempli:

20151124_074545 (800x600)

Toutes ces étapes de construction sont très longues, y-compris le temps de durcissement du béton, qui est d’autant plus long lorsqu’il fait froid. Mais pas question de brûler les étapes! L’hiver arrive, nous sommes le 24 novembre et il a neigé. A suivre en 2016!

12241505_734208370056759_4829288962531049656_n

Le bassin est entouré d’un voile géotextile afin de le protéger. Il est aussitôt recouvert de traces de papattes de chats 😉

20151219_153129 (600x800)