Archives

Les hérissons sont de retour!

Il y a quelques jours, j’ai entendu un bruit suspect venant du dehors. Prudemment, je suis allée voir à la fenêtre, du côté où se trouve l’assiette des restes de mes (pénibles) chats, à l’attention des fouines, renards et autres chats errants (beaucoup moins pénibles). Un hérisson était présent et glissait son nez sous l’assiette, la soulevait, puis la faisait retomber au sol. Genre « ça vient, la nourriture? ». J’ai foncé au jardin avec des croquettes et les lui ai données. Voilà, le premier petit pote piquant était sorti de son hibernation! Pour la deuxième année consécutive, il y a donc des hérissons au jardin. Tremblez, gastéropodes!

hh

Ce soir, en sortant pour mettre l’assiette à son emplacement habituel, j’ai entendu, à l’autre bout du jardin, un souffle rauque assez impressionnant et des bruissements de feuilles sèches. Aucun doute possible : je retrouve mon hérisson, à gauche, en bonne compagnie! Je pencherais pour une hérissonne, plus grande, et son amoureux, à droite. On les différencie parfaitement, de par la taille et la frimousse! L’année dernière, il y avait même eu un petit. Il y a fort à parier que, cette année encore, il y aura des bébés!

h

Côté jardinage, le quasi-confinement aurait pu être une aubaine (le confinement total n’a pas été prononcé en Suisse). Hélas non, car un vent à écorner les bœufs souffle depuis une bonne semaine! Les températures sont polaires. Et puis, je télétravaille. Donc, en attendant mieux à raconter, voici ma commande de chez Barnhaven (Bretagne), reçue ces jours-ci.

p

Bien que la saison du jardinage soit à nos portes, l’activité qui monopolisera mon énergie ces prochaines semaines sera consacrée au montage de ma cuisine, qui arrivera normalement vendredi depuis la Belgique! Argh, ce puzzle m’effraie d’avance (rires). 12 palettes!

20200326_090949

A bientôt, prenez soin de vous!!

Crocus, iris nains, scilles & co

Premier billet du mois de mars ! Comme chaque année, je suis un peu dépitée, car mon climat de montagne (750 mètres d’altitude) crée un décalage avec les autres blogs de jardiniers, déjà bien plus avancés, qui présentent déjà leurs narcisses et autres merveilles. Et qui ont déjà présenté depuis longtemps ce que je vais montrer. J’en suis toujours au stade des crocus et ai l’impression d’avoir un train de retard (rires). Néanmoins, voici mes beautés. J’espère qu’elles vous plairont!

Les crocus et iris reticulata ouvrent le bal avec ce mélange de couleurs que j’adore :

IMG_3804

Hellébore Ice n Roses red, l’une des variétés qui se plaît le mieux dans mon sol calcairissime:

IMG_3808

Le coin venteux : passablement de plantes périclitent dans cet endroit. Je planterai un laurier-cerise marble white pour essayer de contrarier un peu ces courants. Hélas, en raison du coronavirus, ma commande annuelle de plantes en provenance de France a dû être annulée. Donc, très peu de nouvelles plantations en vue cette année.

IMG_3772

Helleborus spring promise. Plantée en mai 2019, c’est la première fois que je la vois en fleurs. Et quelle abondance de fleurs!

IMG_3773

Iris reticulata Harmony, l’une des premières touches de couleur vive pour égayer le jardin en entrée de saison!

IMG_3778

Les crocus ne sont pas en reste, de même que ce joli euonymus emerald gaiety au feuillage persistant et lumineux. Il avait pratiquement disparu et le voilà qui reprend du poil de la bête!

IMG_3796

Crocus dans un rayon de soleil…

IMG_3771

Scilla bifolia au bord du bassin, plus petites que les brins d’herbe, mais si mignonnes!

IMG_3823

Les mêmes, mais en rose, dont les bulbes ont été plantés l’automne dernier.

IMG_3784

Et une autre variété, dont la délicatesse tranche avec son nom barbare : mischtschenkoana

IMG_3782

Tiens, voilà un petit cul de mouton tout roux! Minette sans sa queue, qui a dû être amputée le 30 décembre dernier. Désormais, elle agite sa queue de lynx comme un petit chien, elle n’en est que plus mignonne! Et elle pète la forme.

IMG_3781

Une vue que j’aime beaucoup! Je prends très peu de plans larges du jardin, car ils ne sont pas satisfaisants à cette époque de l’année. Je m’explique : comme mon jardin va entrer dans sa sixième année, je n’ai pas encore forcé la dose sur la plantation de bulbes en automne. Du coup, mes massifs sont encore un peu « secs ». Ici, au milieu, le jeune mahonia soft carress. En haut, un houx panaché. Et sur l’avant, une bordure de cuivre qui protège ma ligularia des limaces! Testée l’année passée et approuvée!

IMG_3814

Pour illustrer ce que j’expliquais ci-dessus : un plan large et pas très fleuri en cette saison. Même si de nombreux bulbes de tulipes sont en train de pousser, il faudra que je renforce la présence de perce-neige, d’iris reticulata, de primevères, d’hellébores, etc. Un beau jardin, ça prend du temps à se créer! Si vous avez des rejetons d’hellébores à donner, je serais très heureuse de les accueillir! Les miennes ne se sont encore jamais ressemées 😦

IMG_3787

Non, ce ne sont pas des œufs de Pâques! Mais bel et bien le nouvel eremurus blanc que j’ai planté cet automne. J’ai eu le bonheur de trouver, au magasin, un rhizome qui avait deux bourgeons!

IMG_3790

La floraison odorante et délicieuse du daphne odora. Un régal! Il me rappelle un parfum de crème solaire, quand j’étais petite!

IMG_3828

Joli camaïeu, d’iris reticulata, scille et euphorbia amygdaloides purpurea au fond. Un allium a sorti son feuillage et m’évoque une bizarre anémone de mer. Ma meilleure amie m’a apporté un gros tas de feuilles mortes, que j’ai épandu afin de favoriser l’apparition d’humus. Dans ce coin-là, il y a eu des sapins durant 40 ans. Le sol n’est pas du tout humifère.

IMG_3806

Ce nénuphar semble bien pressé! La surface du bassin peut encore geler, mais il a pratiquement achevé son ascension, tout cramoisi comme s’il étouffait. Les prochaines feuilles deviendront ensuite vertes et de plus en plus grosses!

IMG_3777

Pour la première fois, j’ai recépé ce cornouiller elegantissima. J’espère qu’il me sortira de belles cannes rouges! En attendant, le massif semble tout dépeuplé 😉

IMG_3779

Une mésange profite des dernières boules de graisse dans ce gland offert par mon meilleur ami Fabrice :

IMG_3831

Petit Schatz, tout sérieux devant l’assiette des hérissons. Comme je la retrouvais vide tous les matins, même depuis l’hibernation desdits hérissons, j’ai continué d’alimenter les bestioles qui venaient nuitamment se régaler. J’ai déjà surpris plusieurs chats, des fouines (en tout cas leurs cacas sur le paillasson… merci…), même un renard! Des hérissons, pas encore de trace.

IMG_3834

J’aurais bien envie de lever le toit des deux abris à hérissons pour voir s’ils sont là! On en aperçoit un ici, à gauche, contre la fontaine. Mais mon envie de les laisser tranquilles est plus forte que ma curiosité. Ils devraient se réveiller vers le mois d’avril.

IMG_3799

J’adore ce bassin de hammam en marbre blanc. A la surface, des fleurettes données par mon petit voisin âgé de trois ans en me disant qu’il m’aimait 😉

IMG_3809

J’espère que ces images vous auront changé les idées durant quelques minutes! J’ai une pensée particulière pour les personnes qui n’ont pas la chance d’avoir un jardin et qui ne peuvent mettre le nez dehors. En Suisse, le confinement n’est pas de rigueur. Pas encore, du moins. Même si les rues, les gares, les trains, sont presque déserts. Courage à toutes et à tous en ces temps troublés! Portez-vous bien!

Fin janvier : premiers signes de réveil au jardin

Il semble que le jardin se réveille de plus en plus tôt au fil des années! Voilà cette éranthe d’hiver qui éclot avec deux semaines d’avance par rapport à 2019! Je ne m’en plaindrai pas, j’adore voir émerger les premières fleurs, même si l’hiver est encore loin d’être fini! Encouragée par cette première découverte, j’ai parcouru le jardin, le nez au sol, à la recherche des premières traces de renaissance!

20200131_171736 (800x450)

Dans le genre d’apparition plus cohérente pour la saison, les hellébores commencent à sortir. J’ai hâte de voir cette magnifique fleur rose! Les variétés blanches sont déjà toutes dehors, mais leur couleur évoque trop la neige à mon goût 😉

20200131_173937 (800x450)

Ce skimmia n’est pas loin d’éclore non plus.

20200131_173748 (800x450)

Pareil pour ce daphné odora aureomarginata, dont on commence à deviner les pétales roses sous l’enveloppe des bourgeons. De par son parfum envoûtant, son feuillage luisant persistant en hiver et son développement globulaire peu important, c’est un excellent choix pour un petit jardin!

20200131_173322 (800x450)

Contente de voir ressortir – même sous forme encore un peu chétive – cette primula sieboldii Flamenco plantée le printemps dernier (achetée chez Barnhaven.com).

Quant à cette variété locale, elle semble pleine de promesses!

20200131_172412 (800x450)

Un peu plus loin, un semis spontané d’orlaya déjà bien vigousse, comme on dit chez nous (comprenez vigoureux). J’avais éparpillé les graines d’une plante mère achetée l’année dernière.

20200131_172820 (800x450)

Les alliums plantés en automne sont un peu déboussolés et certains ont décidé de sortir à peine en terre! Ici, de petits curieux précoces:

20200131_172153 (800x450)

Ah lui… le fameux eremurus frustrant! Planté en 2014, ce sujet a fleuri une seule fois trois ans plus tard, en 2017. Puis a décidé de consacrer son énergie à la multiplication de ses touffes. Il est passé d’un bouton à six, en l’espace de cinq ans. J’espère vraiment qu’il fleurira cette année pour la deuxième fois, car il est si beau! J’ai bon espoir, car il ne s’est pas divisé à nouveau en 2019. A droite, la fleur géante de 2017, plus de 2 mètres de haut :

Les phlox gardent un œil ouvert tout l’hiver et il n’est pas surprenant d’apercevoir les pousses vertes déjà prêtes pour les beaux jours :

20200131_173004 (800x450)

En attendant, il est toujours possible d’admirer les jolis restes de l’automne dernier. Une grive litorne apprécie particulièrement les fruits de ce rosier liane Bobby James, qu’elle gobe d’une traite après avoir tiré dessus d’un coup sec:

Schatzeli se désaltère à l’abreuvoir à oiseaux. En arrière-plan, le daphné odora aureomarginata.

20200131_173615 (800x450)

Quand à Chipie, qui a malheureusement perdu sa queue suite à un entortillement dans un fil de fer et qui a dû être amputée, elle se porte comme un charme!

20200131_173143 (800x450)

A bientôt pour les prochaines trouvailles!

Début d’année givré… et une triste nouvelle

Bonjour! Contente de vous retrouver en 2020! Je vous souhaite une très belle année! Petits bonheurs, grandes joies, santé pour vous et vos proches, de la chance dans vos projets… bref, tout le meilleur pour cette nouvelle tranche de vie 😀

Suite à une nuit très brumeuse, le paysage était tout cristallisé le lendemain ! Et sous un ciel radieux! Vite, vite, au jardin!

20200102_111839

Ombres et lumières aux alentours du bassin rectangulaire :

20200102_112204

Une feuille d’hellébore s’effondre dans la vasque de marbre. Mais cette vivace, contrairement aux apparences, n’a pas peur du froid! C’est même la reine de l’hiver (mais ce sujet n’est pas encore décidé à fleurir).

20200102_111856

Le bassin bientôt prêt pour aller patiner!

20200102_111953

Il reste encore quelques touches de couleurs vives!

20200102_112058

Quelle douceur dans cette lumière! On s’attendrait à voir des fées!

20200102_112123

Anciennes fleurs de stachys byzantina, qui n’ont rien perdu à leur charme!

20200102_112141

La petite maligne a trouvé un bon endroit pour sa toile! On dirait une dentelle délicate.

20200102_112225

Mélanie Foucart-Bonnet, un champion d’une qualité exceptionnelle, garde ses (restes de) fleurs et son feuillage même en décembre!

20200102_112259

Le rosier Pomponella et ses momies de roses mélancoliques.

20200102_112335

Déjà le quatrième hiver pour la pergola. Je l’avais construite moi-même et suis plutôt satisfaite du résultat!

20200102_112358

Le prochain billet concernera probablement les iris reticulata, qui devraient apparaître avec un peu de chance d’ici mi-février! Trop hâte de les revoir!

20200102_112501

Passons désormais à la mauvaise nouvelle, qui s’est produite pendant les fêtes. Chipie a dû se faire amputer de la queue! La malheureuse s’est emmêlée dans un fil de fer au jardin et est restée accrochée durant bien 24 heures. Inquiète de ne pas la voir revenir, suis partie à sa recherche. Elle était couverte de boue à force d’avoir gratté le sol pour s’échapper et il a fallu la doucher. Elle n’a presque plus de griffes. Je ne l’ai tout d’abord pas reconnue! Son joli panache d’écureuil, cassé en quatre endroits, n’a pas résisté à sa mésaventure. Mais au moins, elle est sauvée. Comme dit ma meilleure amie Candice, nous aurons désormais un petit lynx…

20191230_174702

A bientôt pour d’autres beautés de la nature!